Intuition
Bienvenue sur Intuition très cher invité!

Notre forum a vraiment besoin de toi pour pouvoir prendre vie!

Que tu veuilles incarner un humain ou une créature mystique, n'hésites pas à nous rejoindre! Nous sommes tous motivés pour t'aider à t'intégrer et à trouver tes repères!

Loup garou, danseuse de ballet ou ange gardien se feront un plaisir de rp avec toi!

Rejoins nous vite!





 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 " Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anya Jasharan


avatar


Messages : 5

MessageSujet: " Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~    Ven 1 Juin - 19:08

Au troisième étage d'un immeuble sans goût et sans aura, une dernière lumière s'éteignit. A plusieurs dizaines de mètres, alors qu'elle sortait du métropolitain et était encore marquée des odeurs des bas fonds de Paris et de ses particulières perceptions nocturnes, Anya Jasharan pouvait sans peine deviner que ce geste marquait la fin d'une très longue nuit entre jeunes parisiens, peut être mêlés à des provinciaux pour se débaucher comme le voulait la tradition actuelle, en fumant l'équivalent de plusieurs semaines de travail, au mépris de tous les autres biens qu'ils auraient pu acquérir avec cet argent. Le fumet des herbes irrita les narines d'un chat dont les yeux inquisiteurs percèrent la nuit en passant devant la sorcière au pas de course. Cette dernière plissa sa robe noire et commença à arpenter les alentours de la Porte Dorée, cachée et accompagnée de sa meilleure amie : l'obscurité. D'après la plus proche horloge, cinq heures avaient passées depuis que la dernière journée avait expiré dans un soupir que les mortels fades et inconscients n'avaient bien sûr pas ressenti. Dans les profondeurs de son local improvisé, Anya l'avait ressenti et s'en était même nourrie, alors qu'elle attendait la nouvelle journée avec les rituels habituels. Au loin, le toussotement humide d'un vieil homme modeste, dont tout de la vision à l'odeur rappelait l'alcool, la rapella à sa substantielle mission actuelle - à savoir rentrer chez elle - et au toujours solidement déçevant présent. Sans écouter la tentative de communication de l'ivrogne, qui se transforma en bourdonnement avant de l'atteindre. Il était peu menaçant donc peu important.

Après avoir tiré de sa fidèle gourde au gainage de cuir deux gorgées d'eau au goût calculé de menthe poivrée, Anya tourna un virage et fut prise de surprise par la verve virile d'une jeunesse inconsolable. La barre de fer de l'ennemi imprévu des générations de sorcières moyen-âgeuses et antiques l'atteignit à l'épaule, brisant en un seul coup toute sa fierté. Ses réflexes, bien qu'émoussés par la nuit et la fatigue, auraient du la préserver de cette attaque. Mais le combat au corps à corps n'avait jamais été son point fort et la génération actuelle, poussée par les années d'entraînements et toutes les perfections auquelles s'étaient soumises leurs ainées, avait une condition physique excellente. Surprise et mise en mauvaise position dès le départ, Anya sentit son épaule s'irradier tandis que le bras gauche tout entier se paralysait dans une électrique et désagréable sensation. Ils étaient six, à première vue. L'un d'eux tenait - bien plus fermement qu'il ne devait l'être, afin de cacher toute les émotions qui en découlait - un pistolet de petit calibre et d'autres jouaient avec le manche de couteaux simples ou plus tranchants et de crosses de métals. Paris est grand, Paris est hétérogène. Pour eux, elle était une aubaine. Une " satanée bourge" tout droit sortie de ce qu'ils voyaient comme un Paris et qui se jetait sur le loup sans connaître son appêtit. Ils pouvaient la voler, ils pouvaient vendre ses vêtements, ils pouvaient faire bien pire mais la seule chose à laquelle elle pensa était ses ustensiles de rituels et son grimoire, qui, s'ils tombaient entre leurs mains et étaient mal échangées ou mal utilisés, pouvait déchirer un voile millénaire que tous les êtres mystiques s'acharnaient à garder levé et faire de sérieux dégats.

Toujours dans son courant de pensée, la dernière Jasharan passa en revue tout ce dont elle disposait pour se défendre. Un couteau ancré et dessiné sur mesure, au fil précieux, qui lui servait de dague et de couteau de cuisine, mais était bien trop plein de valeur pour servir aujourd'hui et bien trop chargé de sa magie pour se souiller de sangs pareils. Un flacon de poison, plein de belladone relevée d'excipients soigneusement prélevés, tintait dans une poche intérieure mais elle n'en avait utilisé car aucun moyen de le vaporiser ou de l'utiliser rapidement bien que son ingurgition ou contact oculaire avait un effet létal immédiat. Il n'y avait que ça dans ses fontes et elle n'avait aucune envie de se séparer de son manteau chargé d'histoire et de précisions de sorcellerie pour se battre à mains nues d'autant que ses chances était faibles. Il lui restait donc sa magie. Il allait falloir agir avec finesse et précision pour ne pas alerter les services des forces de l'ordre ni d'éventuels témoins, ni les personnes qui allaient constater la santé de ses adversaires et tenter de comprendre l'origine de leurs plaies. Elle comptait éviter de les tuer si cela était possible mais ne pleurerait pas en cas d'entorse.

Quelque chose attira son attention derrière elle et Anya se retourna pour constater que sa nuit n'était pas occupée par six parasites mais bien neufs peut être dix. Elle soupira, caressée par la douce mais froide affection de la peur, altérée mais peu lointaine. Son soupir s'accompagna d'une vibration intense et étrange, alors qu'il se transformait pour les personnes averties en mots durs et gutturaux, pourtant dotés d'une beauté frappante. Ses lêvres se refermèrent sur la dernière parcelle d'air tandis qu'en réponse à son appel, tous les réverbères de la rue s'éteignaient simultanèment.

Revenir en haut Aller en bas
Samantha De Larivière


avatar


Messages : 97

MessageSujet: Re: " Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~    Lun 4 Juin - 11:54

Il y a des choses de part le temps, l’espace et les races qui ne change jamais, l’une d’entre elle est que la bêtise et la méchanceté d’un individu est toujours bien plus élevé lorsqu’il est en groupe que tout seul. Des personnages charmants lorsqu’ils sont côtoyée face à face en solitaire deviennent le plus souvent que des brutes incapables de penser plus loin que leurs besoins à courts termes dans le cas présent l’argent et le sexe. En l’occurrence j’avais repéré ce petit groupes d’hommes, des loubards, des rebelles conformistes qui espéraient montrer qu’ils étaient durent et sauvages en se comportant comme les barbares d’autre fois, avec moins de prestance et de prestiges. Jamais ces gamins ne s’attaqueraient à des hommes ou mêmes des femmes capables de se défendre, pathétique et je détestais ce genre d’attitude.

Leur proie, je l’avais repéré aussi, une jeune femme blonde, enfin femme, je m’étais douté qu’elle n’était pas comme les autres, une démarche, une foule de détail que n‘aurait même pas imaginer les personnes qui voulait l‘agresser, mais je ne vis la sorcière en elle que lorsque les mots du sortilèges se firent entendre et que la lumière fut soudain éteinte.

- Ce sera facile. Murmurais je.

Moi ils ne m’avaient pas repéré. Depuis les années que je parcourais le monde j’avais appris à me faire discrète, à ne pas me montrer, autant par mon attitude que mes vêtements. Là j’avais pour zoner préféré une tenue sombre à base de différent teinte de gris et de noir comportant un pantalon cargo, des rangers et un sweat dont j’avais rabattu la capuche sur mon visage. J’aurais pu passer mon chemin, mais cette sorcière avait besoin d’aide et je les avais toujours considéré comme bien plus proches des humains que des Valkyries par exemple. J’allais donc me battre pour éviter un accident fâcheux, beaucoup de sorcier et sorcières que je connaissais n’était pas vraiment apte à se défendre avec leurs poings et si on pouvait éviter un accident magique ce serait tout aussi bien.

Dans le noir, je me faufilais, invisible pour les hommes, je me plaçais derrières eux. Petit détail, contrairement à certaine de mes sœurs, je n’ai jamais souscrits à l’idéal du combat à la loyale, pire encore du combat héroïque. Hors de question d’affronter quelqu’un face à face, même lorsque je suis supérieur à eux et là, sans me vanter, même s’ils étaient une dizaine et que j’étais certainement la Valkyrie la moins entrainé de la création, je n’allais pas avoir trop de difficulté pour m’en occuper.

Je bondis sur le premier, plaquant ma main sur sa bouche pour l’empêcher d’hurler, avant de lui assener un coup fort sur la tempe. Verdict : K.O

Je le déposais doucement sur le sol, alors que les autres s’invectivaient et gueulaient à leur proie de se montrer, lui décrivant les sévices qu’ils allaient lui faire si elle ne se montrait pas. Ils ne semblaient pas inquiet à cause du noir, mais s’était surtout dû à l’effet de groupe.

Je m’occupais immédiatement d’un deuxième, coup du tranchant de la main sur la gorge pour qu’il ne puisse plus se servir de ses cordes vocales puis direct du coude dans le plexus. K.O à son tours.

Ma respiration s’accélérait doucement alors que je sentais mon héritage de Valkyrie se manifester dans mon sang. J’avais envie de me jeter sur eux comme une bête sauvage, comme l’avatar de la guerre que nous étions sensé être.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Jasharan


avatar


Messages : 5

MessageSujet: Re: " Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~    Ven 8 Juin - 13:05

Anya ne perçut les tremblements qui la parcourait que lorsqu'elle posa son regard sur l'adjuvante, et qu'en entraînée spécialiste de la mysticité, elle aperçut dans ses yeux la preuve qu'elle n'était pas humaine. Pas complètement, tout du moins. A l'image de son apparition dans le combat, l'apparente "jeune femme blonde" se battait sans finesse mais avec une efficacité à toute épreuve, et une rapidité brutale qui impressionna la sorcière au point de lui faire oublier un mot dans l'incantation qu'elle tentait de lancer. Un mot pourtant important qui fit s'effondrer la flamme dont elle rêvait en un jet d'étincelles très peu impressionnant mais assez coloré pour intéresser un spécialiste d'effets spéciaux. Mais dans un combat, ce ne sont pas les artifices qui compte, c'est la force. Et celle de la Walkyrie était plus que suffisante. Tout en reculant devant les assauts simultanés de deux hommes, elle jeta un regard en biais à Eldrid et rectifia aussitôt sa première impression : son art martial n'était pas brutal, il était dôté d'une grâce animale, bien loin de faibles techniques montées et réfléchies par des hommes.

C'était un combat d'instinct, basé sur les meilleurs atout de la créature mythologique : une connaissance accrue du corps ennemie, drainée par une très longue expérience et des réactions extrêmement rapides, réflexes hérités d'habitudes, devenus banalités. De son côté, Anya avait légèrement plus de mal à condenser ses adversaires en un seul groupe pour ne pas fatiguer son énergie et surtout, pour survivre. Il lui fallait absolument user de ses pouvoirs si elle ne voulait pas mourir lamentablement aux côtés d'une héroine habituée à sauver des vies, pas à les voir échouer dans le filet de la faucheuse comme des saumons handicapés. Après une légère inspiration, elle s'arrêta et se mit à fixer silencieusement ses prédateurs, le sourire aux lêvres. Ces derniers ne se firent pas prier pour encercler leur proie, décidés à ne pas lui laisser la moindre sortie et testèrent l'apparent piège qu'elles leur tendait en envoyant leurs armes à quelques centimètres de sa peau.

Il n'en fut rien, elle semblait plus que vulnérable et avant que celui qui possédait une arme à feu n'agisse, l'un des quatres prétendants à la mort de la Jasharan se jeta sur elle, ses deux couteaux en avant, courbés à hauteur de l'abdomen. Elle ne bougeait toujours pas. Lorsqu'il tomba finalement sur elle, le loup frôla le chaperon rouge et un éclair invisible le frappa. Abandonnent immédiattement son mouvement, il eut un tremblement incoercible et ouvrit la bouche bêtement, les yeux révulsés. Alors que les pulsations cardiaques d'Anya revenait doucement à la normale, elle baissa les yeux tandis que l'homme s'agenouillait sous le regard surpris des autres agresseurs, trop étonnés et intrigués pour découper la p*t*** de proie habituelle qui avait bouleversé le combat. Anya, épuisée par l'acte magique intense et rare qu'elle venait d'exécuter, entrouvrit la bouche, non pas pour déclamer une incantation mais cette fois pour donner un ordre à l'homme agenouillé devant elle, devenu soumis à sa volonté au point de se suicider si elle le lui demandait.

- Tue les.

C'était simple, facilement compréhensible et totalement dans ses cordes. Bien qu'il était loin d'avoir la meilleure carrue, le pantin acquiesca avec un hochement de tête qui ressemblait presque à de la minauderie, serra ses deux armes dans ses poings et se jeta sur ses collègues de beuverie et de massacre, prêt à en découdre.

- Petit post pour ne pas consumer le sujet trop rapidement ^^ -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: " Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

" Il est Cinq heures. Paris." ~ Samantha ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Le salon du chocolat à Paris
» Lucky mâle type Beagle (paris)
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Notre Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Intuition :: 

 :: ~Réglement, contexte et descriptions des groupes~ :: Les rps de la saison 1
-